CHEVROLET Master de luxe 1935

Des rods, des customs, des kustoms, des drag', des mild customs, des funny cars, etc..., place aux voitures "transformées" du moment que c'est US !!!

CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar CHARGER69 » 03 Déc 2010, 13:03

Je me suis dépeché pour etre le premier avec mon CHEVROLET Master de luxe 1935 je le classe dans la categorie resto rod mais aujourd'hui c'est tellement devenue complique que vous le classeré dans celle que vous voulez

Août 1983 ? Il fait beau, le soleil brille sur la cote d’azur la Cadillac tourne rond comme d’habitude, je décide de faire un petit tour : direction Videauban chez mon ami Jacques Vincent un passionné qui possède dans ses hagards un bon nombre de merveilles US ;
Ne le cherchez pas il a malheureusement disparu depuis.
Ballade à travers les hangars : Buick 55, Ford roadster 32 mais oui bien sur et ….CHEVY 35 master de luxe noir poussiéreux
Je recule de plusieurs pas
–Jacques, serait il a vendre ?
-peut être !!!!
- combien ?
- Dans les 50 000 francs.
Inspection de l’auto sous toutes les coutures, les portes s’ouvrent à l’envers, »suicide doors », le coffre contient un siège dit « rumble- seat « c’est génial !
Apres une petite demi heure, peut être même un peu plus en vérité (a ce moment la le temps n’existe plus) il faut quand même reprendre la route.
La cad roule seule, la tête est ailleurs, c’est la fin des vacances, 50 000 francs, c’est une somme mais on va y réfléchir.
Septembre octobre c’est décidé coup de fil a Jacques : « on le prend ».

Je racle les fonds de tiroir, on vend, on emprunte, ça y est !!!!
Les jours passent .Tiens un camion s’arrête devant la porte, pas de doute il est bien la sur le porte-voiture.
On le descend dans le garage, la soirée et la nuit passent bien vite et dès lendemain découverte de l’engin. Il a très peu tourné depuis une quinzaine d’années.


Image


Image

Récupération d’une vielle batterie 6 volts, contact, j’appuie sur la pédale d’accélérateur à fond.
Cela enclenche le demareur, le moteur tourne, ça pisse l’essence de partout, on stop, durite pâte à joint, etc. …..
Re-coup de démarreur, ça tourne doucement et pom, pom,pom,poum ça démarre, ça fume, l’odeur de la vieille essence prend le nez et la geoge ,ça sent bon.

Je laisse chauffer, les cadrans s’animent, les aiguilles montent, mon pied enfonce la pédale de gauche et bien sur, c’est une boite mécanique, ça broute et ça cale.
Explication: il faut d’abord lâcher l’embrayage et ensuite accélérer.
Alors on recommence, contact un coup d’accélérateur a fond ça tourne, embrayage pédale a fond, je pousse le levier de vitesse , je relâche la pédale d’embrayage doucement, j’accélère, c’est bon ! Il roule, ça marche, je franchis la porte, il est dehors , c’est parti pour les premiers tours de roues. La nuit tombe déjà, on rentre l’auto mais quel pied !

Image

Je fais un peu mieux connaissance avec l’auto. Elle a 48 ans, moteur 6 cylindres en ligne de 3380cm3 développant 80 CV à 3300 tours/minute, boîte mécanique 3 vitesses. Les accélérations sont bonnes, la vitesse maxi est d’environ 120Km/h. Avec son système à câble le freinage par contre laisse vraiment perplexe. La conduite à l’époque devait être assez agréable mais de nos jours elle s’avère très difficile.La voiture a beaucoup de mal à s’intégrer dans le flot de circulation surtout à 18 heures sur le périphe !
Comment résoudre tous ces problèmes ?

C’est simple, je vais construire mon Rod.

Facile, n’est ce pas ? Les Américains font cela tous les jours. Quelle sorte de Rod, vous demanderont les connaisseurs? Un Resto Rod ! Qu’est ce que c’est ? Et bien cela veut dire que l’on conserve à la voiture son aspect ancien avec tous les composants et la technique d’une auto dernier cri.

Image

Quelque éléments a greffer
Image

Au premier plan le pont d'origine.
Derrière un pont Jag
Au fond un train avant d'Opel diplomat avec son moteur Chevrolet

Le point de redémarrage le chassis.

Image

Element de renfort de chassis et de support du pont de jag XJ12

Image

Prémontage du train avant xJ12 le train XJ 12 dans l'etat d'origine

Image

Montage du train avant XJ 6 JAG par des pieces soudées et le tout boulonné sur le chassis

Image

Image


Le chassis une fois démonté a éte sablé et epoxi et apres quelque mois dans les angles sont apparue des traces de rouille.
J'ai donc tout reponçer a la main soigneusement et repasser une couche de noire brillant polyéruthane qui, lui, ne bouge pas
Ensuite pour les différents élements le chassis se pretait plutot bien.
Des renforts a l'interieur du chassis et un berceau pour accueillir le pont de jag XJ 1

Tout est boulonné , par contre gros travail sur le pont pour le chromage et le remontage avec des roulements et pieces d'usure. Plus de 500 euros de pieces sans parler du chrome et de la peinture.

Sur le chassis lui-même quelques plaques de renfort toutes boulonnées en boulonnerie inox et fabrication d'un bac pour la batterie .
Preparation de l'adaption de l' essieu avant XJ 12 . Travail assez compliqué pour son ajustement et les supports d'amortisseur (Koni ) qui doivent etre pris dessus ainsi que transmission de la direction a cremaillere assistée.
Démontage total pour la peinture et le chromage des bras de suspenssion
USA AOUT 86

Les vacances arrivent, c’est le mois d’août 1986... Et oui déjà trois ans ont passé.
Cette année,direction l’Oklahoma pour le Street Rod National, je ne vous raconterai pas mes vacances, j’ai pourtant mille choses à raconter mais cela est une autre histoire !
Douze mille rods et un hall d’exposition et de vente de pièces détachées, grand comme la place de la Concorde.
Achat d’un système de climatisation, radiateur, compresseur en aluminium poli, dryer et oui c’est très technique tout le système de ventilation de la cabine, alternateur chromé à cent dollars et mille bricoles ndispensables, puis les gadgets, pin’s, plaques, etc.…
Après trois jours mémorables, départ vers la Californie à bord de la Chevrolet Celebrity, 4 cylindres transversaux, traction avant, boîte auto de chez « Avis », le coffre bourré à craquer si bien que j’achète un top-box !!!

1987 LA CARROSSERIE AVANT TOUT
Une autre année démarre, reprise en main de la caisse nue. Il va falloir tout sabler mais avec précaution beaucoup d’éléments sont en bois. Location d’une sableuse, achat de 500Kgs de sable.
Il faut aussi un compresseur spécial à gros débit d’air et là un conseil : n’oubliez pas le masque ! En plus, il faut ramasser le sable et le tamiser.
Au bout de 3 tamisages le sable devient inutilisable car ce n’est plus que de la poussière et maintenant il ne vous reste plus qu’à vous débarrasser de 500Kgs de poussière !!!

Sablage de la caisse un truc pas facile
Image

Image

Image

Le travail sur le plancher est assez particulier comme il etait attaquer par une rouille perforante a certain endroit j'ai fait une couche de resine de chaque coter dessus dessus d'une epaisseur de 2/3 mm sur toute la surface et çà n'a pas bouger d'un pols c'est du beton

Image

Image


un mot sur cette methode deja aucune piece n'existaient pour remplacé en tole et je voulais garder l'aspect d'origine du plancher donc une epaisseur de fibre et de polyestere en dessous idem au dessus une couche antigavillons en dessous plus une peinture époxi au dessus et apres pres de 25 ans çà n'a pas bouger d'un poils

Avant de passer l’apprêt, n’oubliez pas de bien poncer méticuleusement la carrosserie car des petits morceaux de sable restent plantés dans le métal.
Aussitôt après son nettoyage passage d’une couche d’apprêt époxy.
La partie arrière, par contre, a besoin d’être replanée car elle a reçu plusieurs chocs. Je fais appel à un spécialiste du formage de la tôle( atelier Lecocq) pour cette délicate opération.
Seules les portes seront renforcées dans leurs parties inférieures par du tissus et de la résine polyester.
Après séchage, la caisse retrouve sa place sur le châssis, remontage des portes, réparation des éléments en bois de l’intérieur de la porte, fabrication du système des glaces électriques
Image

Image


. Remontage de glissières neuves, découpe de glaces pour les portes, le pare-brise en deux morceaux et la custode arrière.
Dans la porte chauffeur, je monte un système spécial Chevrolet 35, rien ne va ! Je suis contraint de tout couper, transformer, heureusement que j’ai été ajusteur ! Enfin
après bien des problèmes, ça fonctionne, ouf !j’ai bien failli m’énerver.

Fabrication du support de siège électrique, récupération sur un siège de Charger, élargissement du support, le siège de la 35 étant une banquette, il n’y a pas trop de complication.

Image

Image

Les premiers testes dans la rue
Image

Image
Modifié en dernier par CHARGER69 le 04 Déc 2010, 16:04, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
CHARGER69
Regular member
Regular member
 
Messages: 272
Enregistré le: 25 Nov 2010, 08:22
Localisation: Sancoins

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar franck74 » 03 Déc 2010, 14:37

Pourquoi avoir choisi ces elements comme le pont jag ? meme si je connais la réponse ,je crois important d'indiquer les avantages technique pour certains qui te lisent. ;) j'ose donc !!
franck74
Veteran
Veteran
 
Messages: 1199
Enregistré le: 25 Nov 2010, 04:57
Localisation: thonon les bains

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar phil64 » 03 Déc 2010, 15:38

Tout ça, ça sent bon les photos argentiques et "nos jeunes années" (pour info en 83 je roulais en Niva et je jouais de la musique traditionnelle sur des instruments du même nom ...).
Continue Michel ....
Phil "Running", prèz' d'AmeriSud
Imperial 1957 Crown convertible
Ford LTD Country Squire 1970

Image
Avatar de l’utilisateur
phil64
Admi
Admi
 
Messages: 6070
Images: 2604
Enregistré le: 16 Nov 2010, 14:26
Localisation: Pau (64)

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar CHARGER69 » 03 Déc 2010, 16:38

sacre phil comment tu as pu rouler dans une lada :twisted:

pour repondre a franck pour Jag deja au usa , il employait le pont de corvette qui est du meme type donc a pour ces roues independantes mais aussi ces reglage que l'ont peut modifier dans tout les sens

En plus c'est beau , on l'installerai dans un salon juste pour l'estétique de cette piece mécanique avec juste un moteur electrique pour le faire tourné et de verrin pour faire monté et descendre les roues

je vais complété en EDITANT
Avatar de l’utilisateur
CHARGER69
Regular member
Regular member
 
Messages: 272
Enregistré le: 25 Nov 2010, 08:22
Localisation: Sancoins

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar CHARGER69 » 03 Déc 2010, 17:16

voila le complement pour aujourd'hui c'est en ligne
Avatar de l’utilisateur
CHARGER69
Regular member
Regular member
 
Messages: 272
Enregistré le: 25 Nov 2010, 08:22
Localisation: Sancoins

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar franck74 » 03 Déc 2010, 17:35

j'attendais cette réponse :D continue michel ;)
franck74
Veteran
Veteran
 
Messages: 1199
Enregistré le: 25 Nov 2010, 04:57
Localisation: thonon les bains

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar CHARGER69 » 04 Déc 2010, 16:01

allez quelque clichés de la suite

La sellerie complète a été réalisée par un professionnel de Blanc-Mesnil, banquette avant en tissus Dralon or, ciel de toit, accoudoirs. Le siège et le dossier de la banquette du coffre sont en simili cuir de couleur beige.
depart sur remorque special de la carosserie pour fabrication des sieges

Image

Image
L’hiver passe, préparation du montage des essuie-glaces, pose d’un moteur d’origine Renault, fabrication des tringleries, facile à écrire !
De gros problèmes de réalisation, coup de colère, je mets tout à la poubelle une fois de plus.
Eureka,il suffisait d’y penser : un moteur d’essuie-glace arrière de Renault de chaque côté et deux interrupteurs et le tour est joué !
Côté mécanique,pose du radiateur sur un cadre spécial pour les essais de mise en route.
Le moteur a subi un nettoyage complet, changement de la chaîne de distribution et des pignons, pose d’une pipe d’admission en aluminium et d’un gros carburateur . Il est peint de couleur orange la même qui recouvre la boîte de vitesse.
Fabrication d’un bac à batterie en tôle étanche à la place de celui d’origine incorporé dans le châssis accessible de la cabine par une trappe située devant le passager.

Image


Image

Image

faut que j'avais un serieux coup de main de la part de caroline je n'y serait jamais arrivé au bout de cette construction sans elle

Image

Nous arrivons à la fin du mois d’août 88, un dimanche matin en allant faire les courses, j’apprends que le tour de France Custom arrive au Circuit Carole. Je me renseigne, c’est O.K. tout le monde peut tourner.
Vite fait sur la remorque.

Image

Image


Premiers tours de roues, ça va, pas de problème majeur. Côté moteur rien à dire, la direction se comporte bien, seul le freinage n’est pas très efficace Il faudra résoudre ce problème plus tard.
Au bout de quelques tours j’attaque un peu,très agréable, un peu raide la suspension.
La journée se termine déjà le test est positif. Je recharge, retour à la maison.
Redémontage de la coque pour revoir le freinage après un passage chez Jag à Clichy Je supprime le répartiteur d’origine sur les conseils des mécanos et je me rends compte que j’ai fais une erreur : inversion dans le circuit à la sortie du maître cylindre.

Je m’aperçois que des traces de rouille commencent à apparaître sur le châssis aux angles de jonction de tôles. Plusieurs autres défauts apparaîtront, il faudra entièrement reponcer le châssis partout où ce sera possible et ensuite pistolage d’une bonne couche de peinture polyuréthane.
Remontage de tous les éléments sur le châssis et repose de la caisse, ça commence à prendre tournure !
Avatar de l’utilisateur
CHARGER69
Regular member
Regular member
 
Messages: 272
Enregistré le: 25 Nov 2010, 08:22
Localisation: Sancoins

Re: CHEVROLET Master de luxe 1935

Messagepar CHARGER69 » 08 Déc 2010, 10:41

La partie la plus délicate commence, la préparation de la peinture.
Tous les additifs sont de la même marque « Herberts ». Les défauts apparents sont mastiqués puis poncés et repeints à l’apprêt.
J’ai décidé de faire un blanc nacré sans reflet coloré.
Il faut d’abord faire un fond blanc en polyuréthane à deux composants sans aucun défaut d’aspect visible avant de passer la couche de nacre.
Ponçage de la couche de blanc au 800 puis application de la nacre et pour terminer le vernis en finition.
Ce chapitre concernant la peinture peut paraître court mais en pratique ce fut le plus long , le plus difficile; l’opération étant réalisée sans cabine.
Image

Image

Image

Redémontage des éléments après la peinture,la calandre qui avait été chromée il y a un certain temps
est de nouveau rouillée. Je recherche aux USA une grille neuve disponible.


Image

Je la trouve chez 2 spécialistes pour les pièces de reproduction Chevrolet, un seul répond OK pour 425$. Je faxe aussitôt. Par la même occasion je commande un kit de tuyaux pour la climatisation 100$ et 2 projecteurs qui remplaceront les phares d’origine trop gros à mon goût, 95$ la paire.
Un mois après, le colis arrive. La grille est en feuille, il faut la découper très délicatement pour ne pas la louper car avec le transport et la douane le prix de revient est de 2900F ! Petit à petit avec une pince coupante et une petite meuleuse, la grille prend forme, il ne reste qu’à la plier d’une trentaine de degrés en partant du centre en forme de V.
La grille est en inox, comme l’origine, les phares des King Bee sont super !

Oh surprise, réponse de chez Superior, nous avons la calandre conforme à l’origine en polyester pour 195$ et la grille en inox prête à poser pour 150$ !!! Par sécurité je passe commande et 3 semaines après les pièces arrivent. C’est bien la même grille au tiers du prix, je la range précieusement !

Cela devient difficile car l’envie de tourner la clef est de plus en plus dure à réprimer et il reste plein de détails à voir.
Raccordement du réservoir d’essence, fabrication d’un support pour le feu arrière droit, installation du frein à main.
Les instruments de bord étant en 6Volts, ils seront dans un premier temps doublés par des cadrans en 12V dissimulés dans la boîte à gant.

Il fait beau, on est en Juin 1991, c’est décidé on y va.
Les nerfs sont à fleur de peau, de l’essence,de l’huile moteur, huile de boîte, des outils, mes lunettes, mes papiers, c’est bon…
Le moteur, on roule... Pas de radio pour être à l’écoute du moindre bruit. Tiens une drôle d’odeur; pourtant ça ne chauffe pas, que se passe t-il ?
Ca doit être la peinture des pots qui brûle ? On s’arrête, vérification, c’est bien cela et on repart.
Tiens le moteur perd de la puissance, je lâche le pied, il repart mais quelques mètre plus loin, il câle.
Je suis sur le bord de la nationale, pas de place pour se garer,il faut faire vite. Je lève le capot, l’essence n’arrive plus au carburateur. Vite un tuyau! Merde, je n’ai pas de bocal.
Quelques mètres à pied sur la route, tiens un gobelet et une bouteille de kronembourg. Je soutire un peu d’essence, je remplis la bouteille et branchement de fortune qui me permet de regagner la maison.

Recherche de la panne :un morceau de pâte à joint est tombé dans le réservoir quand j’ai refermé la trappe et a pénétré dans la tuyauterie.

Image

Nettoyage de cette dernière et adaptation d’un filtre à essence pour éviter que pareille mésaventure ne se reproduise !
Quelques réglages, suppression d’une prise d’air au carburateur et c’est reparti pour la ballade,peut-être un peu plus décontracté. La conduite est très douce, direction assistée bien précise dans les S. Les vitesses passent bien. Les freins répondent parfaitement et sont doux et progressifs. L’ensemble est très agréable.
Après une centaine de kilomètres, le besoin se fait sentir d’écraser un peu plus la pédale. Le moteur répond bien mais j’ai cru remarquer un bruit sur les roues avant. Vérification,je braque tout et oui ça touche. Que faire ?
Je viens de monter 4 Michelin superbes, les seuls fabriqués en large flanc blanc en 15 : des 820/15 à près de 1000F l’unité. Seule issue, essayer des 700/15 en Americain. Illico la commande est passée. En moins d’une semaine ils sont là.
Vite fait on les monte, essais, ça passe juste mais cela devrait aller.
Il reste un dernier problème la roue de secours. Les pneus 700 sont trop gros, la roue étant fixée sur le coffre arrière , cela ne fait pas joli. Je vais monter un 590/15 légèrement plus petit ;

Image

Image


Image


Image


Aujourd’hui le Rod a plus de 30000Kms, 8 ans de travail auront été nécessaires à sa construction avant de pouvoir rouler .
Je n’ai pas fait énormément de kilometres car je partage le temps avec mes autre autos et mes obligations professionnelles m’ont pris beaucoup de temps.
De nombreuse transformations, changement du moteur pour un 350 Summit.
Adaptation d’un systeme de GPL .

Mon Club, mes amis ont été pour moi une grande source de motivation, ce qui m’a permis de mener à bien la réalisation de mon Rod mais je ne conseillerais à personne un tel travail. Le nombre d’heures est incalculable et pourtant je suis bien en dessous du niveau de pas mal de Rods américains.

Je dois avouer que j’ai beaucoup randonné dans les réunions de voitures aux USA et j’ai tellement vu d'autos exceptionnelles que je suis devenu très difficile sur la qualité d’une auto.

Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
CHARGER69
Regular member
Regular member
 
Messages: 272
Enregistré le: 25 Nov 2010, 08:22
Localisation: Sancoins


Retourner vers Rod 'n Custom

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron