Restauration Biarritz de 1956

La General Motors avec Cadillac, Buick, Pontiac, Oldsmobile, Chevrolet.

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Chrome58 » 06 Fév 2019, 20:57

Sacrément motivé.
Je sais ce que c'est, moi et mes 15 ans de restauration pour ma Plymouth '58 ... :roll:
1958 Plymouth Belvedere 2-door hardtop (PS, PB, PW - Dual Fury V800 318 engine & Torqueflite)
1970 Plymouth Sport Fury 2-door hardtop (PS, PDB, PW - 383HP 4-bbl)
Avatar de l’utilisateur
Chrome58
Veteran
Veteran
 
Messages: 1275
Enregistré le: 02 Déc 2010, 10:55
Localisation: Belgique & Nord

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar pierre 01 » 06 Fév 2019, 22:26

DU GROS BOULOT
la passion de tout ce qui roule
Avatar de l’utilisateur
pierre 01
Veteran
Veteran
 
Messages: 1465
Enregistré le: 01 Aoû 2014, 13:41
Localisation: AIN

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 07 Fév 2019, 11:18

Le 8 mai 1984, vers 20 heures, le plancher du coffre est enlevé! Comme vous pouvez le voir, j’ai laissé le couvercle du coffre et l’aile arrière droit pour permettre un bon alignement. Le plancher visible ici est celui en meilleur état.

28 Plancher du coffre.jpg


Celui qui vient d’être déposé est sur cette image. On ne voit pas bien les trous de rouille mais il y en avait !

29 Rusted trunk floor red.jpg


Pendant l’été, j’ai nettoyé et enlevé la rouille superficielle du plancher usagé. Le résultat était fort encourageant. Une petite anecdote doit être ajoutée car on voit bien qu’il manque le logement de la roue de secours. Avant de faire venir les planchers, j’avais demandé à Ted Holcombe s’il avait un logement pour cette roue. Il me dit oui, et l’envoie. Ce n’est que plus tard que, voyant l’état de cette pièce, je me suis demandé si ce qui est autour ne pouvait pas être une réponse à mes recherches. Et, effectivement, c’était bien de cette épave que le logement avait été dépointé. Heureusement, en ne perçant que les points de soudure et non en découpant comme un sauvage la tôle autour.

30 Cleaned trunk floor.jpg


Je vois poindre une question : pourquoi ne pas avoir sablé ce plancher ? C’était principalement un problème de logistique : pour transporter une telle pièce, il faut un pick-up ou un camion. Or, je n’avais à l’époque que des voitures incapable d’avaler une telle pièce. De plus, je me méfie du sablage pour tout ce qui est en tôle relativement fine et plat. J’ai vu des choses pas tristes et ne voulais pas en arriver là.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 11 Fév 2019, 14:23

Avec l’aide de mon collègue, le plancher du coffre était soudé en place à la fin du mois de juillet 1993. La suite consistait à enlever le plancher arrière; pour y accéder, il était nécessaire de déposer les 2 montants “B”. Par conséquent, l’aile arrière droite devait être dépointée à son tour.
A la fin du mois d’août: le plancher arrière est déposé, ce qui fait que l’arrière de la carrosserie est indépendant de la partie avant. Pour garantir un bon alignement, les boulons maintenant le plancher arrière au châssis avaient été revissés et quelques bouts de ferraille provisoires étaient soudés au châssis et à cette partie de la carrosserie. Les panneaux latéraux de la carrosserie ont été débarrassés de la rouille mais ils ne sont pas encore entièrement réparés.

31 Before cutting.jpg


32 Plancher en travail.jpg


Derrière la coque se trouvent les deux tronçons de plancher. Lequel est le « nouveau »?

33 frame view red.jpg


Le plancher usage était soudé début septembre 1993. Comme il provenait d’un modèle à 4 portes, les côtés ont dû être coupés et les bouts manquants fabriqués de toute pièce.

34 Plancher passager.jpg


Les montants « B » sont construits avec de la tôle épaisse; ils pouvaient donc être sablés et recouverts d’une couche de fond. Ces pièces sont en train de sécher avec d’autres. Il est utile d’avoir de la place pour un tel boulot !

35 The drying place.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 16 Fév 2019, 14:01

La grange n’ayant pas de chauffage, les activités hivernales sont fortement réduites; il ne s’est donc pas passé grand-chose pendant l’hiver 93-94. Les activités reprennent au printemps quand la température est en dessus de 5-6 degrés. C’est avec une grande satisfaction que je peux remettre les montants « B » et les souder à la caisse en mars 1994. A l’exception des ailes, l’arrière de la carrosserie est terminé.

36 Montants B soudés.jpg


Il est temps de s’occuper de l’avant de la coque. Les dégâts sont moins importants, mais nécessitent tout de même une intervention lourde. La tôle rouillée est découpée, de nouvelles pièces sont formées et ajustées. Le support visible sur la photo provient de la de Ville qui a donné le plancher, ces support de la Biarritz étaient trop rouillés pour être utilisés à nouveau.

37 passenger floor red.jpg


38 Vers pieds conducteur.jpg


En plus des travaux de tôlerie, j’étais à la recherché de pieces pour replacer celles manquantes ou trop endommagées pour être réparées. J’ai pu acheter un grand nombre de pieces à un certain Gene Schacter au Canada. Hélas, ce gentil type a cessé ses activités ; je l’ai regretté comme étant un fournisseur honnête et relativement bon marché avec des pièces de bonne qualité.
Il y a une tôle de renfort assez épaisse entre le bas de caisse extérieur et intérieur. Comme cet endroit était fortement rouillé, cette tôle épaisse simple à former a dû être remplacée. Je l’ai faite un peu plus longue car cet endroit est critique pour la stabilité de l’auvent. Ce n’était peut-être pas nécessaire, je n’ai pas fait de calculation !

39 Inside rocker panel.jpg


L’été 1994 a vu la fin des travaux de tôlerie et soudure du plancher avant vers les montants « A » de gauche et droite.

40 A pillar ready.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Formula 400 77 » 16 Fév 2019, 14:05

:brv1_ -brv2,
Formula 400 77
Veteran
Veteran
 
Messages: 611
Enregistré le: 03 Jan 2012, 17:07
Localisation: Jurançon

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Leroy 17 » 16 Fév 2019, 19:49

-brv2,

Mais comment faisais tu Roger ?
Tu ponces, tu grattes, tu scies, tu coupes, tu soudes, etc, etc et les murs du local restent parfaitement blancs !

:shock:
Avatar de l’utilisateur
Leroy 17
Regular member
Regular member
 
Messages: 245
Enregistré le: 11 Déc 2018, 13:00
Localisation: Essonne

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 17 Fév 2019, 09:36

Leroy 17 a écrit:-brv2,

Mais comment faisais tu Roger ?
Tu ponces, tu grattes, tu scies, tu coupes, tu soudes, etc, etc et les murs du local restent parfaitement blancs !

:shock:

Magie, magie! De fait, il y avait environ 1 mètre de l'auto jusqu'au mur(s). Je grattais autant que possible dehors, je coupais à la cisaille et la soudure ne fait pas autant d'étincelles! Meuler les soudures oui, et il y avait de la saleté à profusion, régulièrement brossée.
Les murs de ce fait étaient relativement épargnés, mais en réalité, ils n'étaient pas aussi blancs que sur les photos. Une preuve supplémentaire que les photos mentent!
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 22 Fév 2019, 13:52

Une fois le plancher terminé, j'ai pu souder les bas de caisse extérieurs. Les ailes arrière sont en place, mais c'était uniquement pour économiser de la place pendant le travail sur le plancher; elles ne sont donc pas soudées.

41 Rocker panel ready.jpg


Lors du mois d'août 1994, j'ai pu terminer le compartiment arrière et lui donner une couche de fond. Il y a tout d'un coup moins de pièces de tôlerie qui traînent sur le sol; de les voir en place fait un grand bien, feeling nécessaire pour un tel projet!

42 Rear compartment ready.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 22 Fév 2019, 15:51

Le plancher du coffre d’occasion n’était pas parfait : le panneau situé entre le couvercle du coffre et le plancher avait quelques points de rouille ; j’ai dû le dépointer pour le réparer. Le panneau original de la Biarritz était lui trop rouillé pour être sauvé.

43 Rear panel.jpg


L’aile arrière gauche est de nouveau par terre ; quelques travaux y ont été apportés : j’ai récupéré du plancher d’occasion le bas de l’aile extérieur qui est entre le passage de roue et le pare-chocs. Cette zone, bien rouillée sur l’aile d’origine, a dû être modifiée avant d’être soudée sur l’aile du cabriolet. C’est la raison pour laquelle il y a du blanc sur l’aile.

44 Lower corner.jpg


45 Lower corner in repair red.jpg


A peu-près à la même époque, j’ai coupé la base du montant de pare-brise à gauche, qui était fortement oxydé. La même voiture a été le donneur de cet “organe” qui m’a permis de faire une réparation correcte. Le pare-brise en arrière-plan est cassé, mais il m’a permis de vérifier l’alignement de la partie réparée du montant.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Roger Z » 01 Mar 2019, 13:28

Les ailes arrière étaient prêtes à être installées dans le courant du mois de juillet 1995. La partie bouffée par la rouille n’a pas été trop simple à former avec la petite nervure ou renflement autour de la découpe pour la roue arrière. Mon collègue s’est occupé de l’aile droit mais, malheureusement, il s’est fait pincer par les flics avec un peu trop de sang dans l’alcool (ou est-ce l’inverse ?). Comme ce n’était pas la première fois, il a dû rendre son permis pour une assez longue durée, ce qui fait qu’il ne pouvait plus venir « taper la tôle ». Heureusement, il avait été un bon prof et j’ai refait l’aile gauche.

46 Ailes arrières prêtes.jpg


Comme beaucoup le savent, souder une tôle au milieu crée une forte chaleur avec les distorsions correspondantes. Ces distorsions devaient être éliminées avant de souder les ailes sur la carrosserie car une grande partie n’était plus accessible après installation. Ceux habitués à ce genre de travaux savent de quoi je parle !

Cette photo montre l’aile de gauche avant de la souder en place. Un grand moment !

47 Ready to weld.jpg


Afin d’éviter autant que possible trop de saleté sur les autos terminées, j’avais installé un rideau en plastique séparant la partie atelier de celle dévolue au stockage. Ce n’était pas parfait, mais mieux que rien, car de la poussière et saleté, il y en a avec ce genre de travaux !
Une fois la carrosserie à nouveau saine, il était temps de déposer le châssis. J’avais eu beaucoup d’opportunités de l’inspecter et, heureusement, il était intact. Pas de rouille perforante (ce qui arrive assez souvent vers l’essieu arrière), pas de dégât majeur. Au moins quelque chose de positif !
Avec une carrosserie fermée, il aurait peut-être été possible de séparer la caisse du châssis avant les travaux de tôlerie ; cependant, je n’en suis pas si sûr, étant donné le manque de rigidité notoire de ces constructions. je l’avais constaté lorsque j’avais déposé le châssis du Sedan de Ville ; j’avais dû supporter l’arrière pour éviter un affaissement inquiétant, pourtant, la caisse était saine !
Avec une carrosserie aussi malade que ce que j’avais, il est bien possible que le plancher se soit plié ou cassé si j’avais retiré le châssis au début !
A cause de la place limités à disposition, j’ai d’abord poussé l’ensemble châssis-carrosserie sur la gauche de mon local (pourquoi pas à droite ? Ne demandez pas, je n’ai pas la réponse !). Puis j’ai soulevé l’ensemble aussi haut que possible, mis des supports sous les bas de caisse, dévissé la vingtaine de vis reliant la coque au châssis et ai commencé à baisser le châssis avec un cric. L’opération a pris du temps, surtout en étant seul. La photo date du 19 août 1995.

48 Frame off.jpg


49 Frame off1.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Roger
Avatar de l’utilisateur
Roger Z
Regular member
Regular member
 
Messages: 320
Enregistré le: 11 Déc 2018, 11:10
Localisation: Suisse

Re: Restauration Biarritz de 1956

Messagepar Leroy 17 » 03 Mar 2019, 09:13

Effectivement, descendre le châssis de la caisse tout seul, il a du t'en falloir des chandelles !
ça devait être l'angoisse à la manœuvre du cric surtout que le châssis en X devait t'obliger à te glisser dessous.
Avatar de l’utilisateur
Leroy 17
Regular member
Regular member
 
Messages: 245
Enregistré le: 11 Déc 2018, 13:00
Localisation: Essonne

PrécédenteSuivante

Retourner vers G.M.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités